l'IFFCAM est référencé sur le DATA Dock, site accessible à tous les organismes de financement de formation.

 

 

 

Travaux des Etudiants
travaux videos

 

travaux photos

 

Stages vidéo tout public

 

Traductions

 

 

Facebook

Le programme du FIFOFF

Voici enfin arrivé jusqu'à nous le programme du FIFOFF, le festival des films étudiants ! C'est sur le site de l'IFFCAM, l'entrée est gratuite, les gâteaux et rafraichissements sont prévus !


Mercredi 31
Jeudi 1er
Vendredi 2
9h30

Thibault Mazars

Un marais en sursis

13’

9h30

Victor Thiré

De l’eau l’hiver

19’

9h30

Xin Liu

Chasseurs français à mes yeux

17’

9h55

Marion Sachot

Au pas du vent

19’

10h00

Jérôme Lombard

Jeux de pistes

24’

10h00

Maud Calvet

Dans les bois

17’40

10h25

Romain Guénard

Sur les rives de la Bohême

20’

10h35

Nicolas Goudeau-Monvois

Ligne de Partage

14’

10h30

Renaud Leroux

Le réseau

17’

10h55

François Loustalot

Bien eau contraire

43’

11h00

Sophie Arlot

Aux arbres, paysan

34’

11h00

Marion Petit

Écoute

30’

11h50 Pause 11h45 Pause 11h40 Pause
12h05

Jonathan Mas

Gâtine sauvage

16’30

12h00

Majella Lensen

elemenTerre

24'

11h55

Guillaume Collombet

Instinct animal

26‘

12h30

Camille Okroglic

Invisible

15’20

12h35

Matthieu Le Mau

In my Backyard

35’

12h30

Lucas Allain

Un instant dans la matière

32’

13h00

Marie Amigo

La bête du fleuve

17’

13h10

Florent Serée

Les ailes du Fiers

15’

13h15

Pierre-Yves Ledû

Bocage massala

17’40

13h20

Santiago Serrano

Luz

16’30

13h35

Géraldine

Même pas peur ! `

13’30

13h45

Rémi Rappe

Quelle mouche m’a piqué ?

26’


Fin de la journée
Fin de la journée
Fin de la journée

Exposition à l'IFFCAM

Le conseil général des Deux-Sèvres propose actuellement une exposition sur les photographes naturalistes du département à l'IFFCAM.

Cette exposition signe la rencontre de 24 photographes naturalistes des Deux-Sèvres, dont des anciens étudiants de l'IFFCAM.

Au travers de plus de 130 oeuvres, ils offrent au public autant de regards sur la nature. Qu’ils soient curieux, décalés ou amusants, leur intention est de contribuer à faire connaître et protéger notre patrimoine naturel.

Du 12 octobre au 4 novembre 2012 (entrée libre)
Du 12 au 29 octobre du mercredi au dimanche de 14h à 17h
Du 30 octobre au 4 novembre tous les jours de 10h à 19h
sur le site de l’IFFCAM

 

 

Table ronde « La place du documentaire animalier dans l’éducation »

L’IFFCAM, l’frée, Zoodyssée, et la DSDEN 79 organisent le vendredi 2 novembre de 10h30 à 12h une table ronde sur « La place du documentaire animalier dans l’éducation » à Ménigoute, salle Romane.
Plusieurs professionnels de l’éducation témoigneront de l’utilisation qu’ils font des films « animaliers, nature et environnement » dans le cadre d’actions éducatives. Ces expériences illustreront les différents usages et les intérêts possibles à leur emploi. En fin de table ronde, Robert Luquès nous fera part de son regard de réalisateur de films « animaliers, nature, environnement » sur l’usage éducatif qui en est fait.
Vous êtes enseignant du primaire et du secondaire, éducateur à l’environnement... et vous souhaitez utiliser des films « animaliers, nature et environnement » dans le cadre de vos actions éducatives, cette table ronde vous permettra d’en découvrir différentes utilisations possibles et leurs intérêts éducatifs.
                                                                Accès libre et gratuit, sans inscription.

Pour plus d'information le site internet du Festival: http://www.menigoute-festival.org/

L'IFFCAM à Namur

Ils sont trois Iffcamiens à être sélectionnés dans la catégorie amateur du Festival Nature Namur. Sophie Arlot présente une version de son film de Master 1 intitulé 'Songe d'une nuit', Rémi Rappe et Santiago Seranno présentent leur film réalisé à l'occasion du stage de cadre de Master 2 dans les Pyrénées 'Vim Tempus' et Romain Guénard présente 'Bagueur, pourquoi pas vous ?' réalisé lors de son stage de Master 1.
Enfin, un ancien de l'IFFCAM, Samuel Guiton a une photo sélectionné au concours international. Pour tous, c'est le premier week-end qu'aura lieu la compétition, alors pour les voir, rendez-vous à Namur...

Nouvelles du tournage au Québec

La septième promotion tourne actuellement son film collectif au Québec, sous le mystérieux nom de Moktok Project. Voici le récit du début de leur aventure :

C'est après un épuisant voyage d'une trentaine d'heures que nous avons découvert notre maison située à quelques kilomètres du centre de Tadoussac, QC.

Nous nous sommes répartis dans les 3,5 chambres disponibles (nous avons casé Rémi et Matthieu dans un placard à l'entrée) et avons dormi quelques heures avant de partir pour les premiers repérages.

 

 

Tadoussac est un charmant petit village à 500 kilomètres au Nord-Est de Montréal, à la jonction du fleuve Saint-Laurent et du Saguenay. Quelques boutiques de souvenirs et restaurants, une poste, une banque, une épicerie offrant un maigre choix de produits hors de prix, et une auberge. L'auberge de jeunesse de Tadoussac est le centre de vie du village. Tous s'y retrouvent le soir autour d'une bière : touristes, saisonniers, habitants de Tadoussac et des alentours ; chaque soir un concert, chaque soir de nouvelles rencontres.

Très vite nous découvrons des personnages et des paysages hors du commun. Coco, passionné de castors, emmène des groupes de touristes en observer autour du lac. Palma nous raconte avec une impatience d'enfant la chasse à l'orignal qui va commencer dans quelques jours. Chantal nous emmène voir des ours sauvages qui se regroupent autour d'un point de nourrissage. Il est pourtant superflu de suivre une guide pour en apercevoir ; à quelques centaines de mètres de la maison, nous pouvons presque chaque jour observer un ours noir voler des pommes dans le verger de la boulangère !

Contre toute attente, ce sont les cétacés qui ont été les plus timides. Ils sont pourtant l'attraction touristique n°1 de la région ! Après que Nathanaelle a passé plusieurs jours à scruter les eaux agitées du fleuve, nous avons enfin réussi à trouver le parfait endroit pour filmer des petits rorquals, des marsouins et, au loin, le souffle de baleines plus imposantes : rorqual commun, à bosse, ou bien la légendaire baleine bleue ?

Les arbres rougissent, l'air se rafraîchit, et bientôt, les baleines partiront. Nous irons alors filmer les bélugas, de l'autre côté du fleuve.

 

Peut-être aurons-nous la chance de revoir le magnifique renard roux-noir que nous avons croisé deux fois sans parvenir à le filmer, ou encore ce mystérieux « gros chat » que Guillaume a aperçu en passant en voiture, et qui s'est avéré être, après vérification, un couguar.

Nous aurons sans doute encore la visite de Bob le suisse, écureuil malin qui a découvert qu'il était bien plus simple de se servir directement dans le sac de graines que nous laissons dans le couloir à l'entrée de la maison, plutôt que d'attendre que la grande Marion les dispose dans la forêt, où elles sont prises d’assaut par les mésanges.

 

Le film prend forme. Grâce à toutes ces belles rencontres, nous savons maintenant quelle direction prendre. Nous allons maintenant nous attaquer aux interviews que nous nous sommes réparties le plus souvent par groupe de deux. Ainsi, Rémi et Matthieu ont commencé à filmer un chef innu, et pourront peut-être le suivre à la chasse, la grande Marion et François interrogeront la boulangère et Jérôme et Lucas un représentant du parc marin, enregistrés par la petite Marion.

Tout ceci, et bien d'autres choses, sera bien sur capturé par Clémence, qui nous concocte un making-off (« revue de tournage » en québécois) dont elle seule connaît pour le moment la tournure...

A suivre, donc...

Jeunes pousses

Et voici les sympathiques têtes des nouveaux Iffcamiens. Ils sont quatorze venus suivre le Master 1 "réalisation de documentaire animalier, nature et environnement'. Vous pouvez consulter le trombinoscope de la neuvième promotion ici.

D'autre part, tous les étudiants de Master 1 et 2 doivent réaliser un stage chaque année. Ouest-France a consacré un article à Romain Guénard pendant qui réalisait son stage cet été : le voici.

 

Leśna kraina, Terres forestières

Il a enfin son titre officiel ! Le film collectif de la sixième promotion de l'IFFCAM, tourné à Bialowieza, s'intitule donc "Leśna kraina, Terres forestières". Il dure une petite heure, le temps de s'imprégner de ce monde un peu à part au coeur de la plus vieille forêt d'Europe. Et le temps de poser quelques questions essentielles autour de la cohabitation des locaux, des touristes, de la faune et du parc national. Sa première projection aura lieu au Festival de Ménigoute le mardi 30 octobre, à 15h30.

 

 

 

 

Arrivées, départs et annonces

Tandis que la nouvelle promotion de jeunes étudiants dynamiques a fait sa rentrée à l'IFFCAM la semaine dernière, leur prédécesseurs de la septième promotion se sont empressés de quitter les lieux. Direction le Québec, où ils vont mener le tournage d'un film dans la merveilleuse région de Tadoussac (Moktok Project). Voilà quelques jours qu'ils sont partis et déjà les premières images nous parviennent.

En attendant qu'ils nous racontent avec de croustillants détails leur tournage, du côté de Ménigoute, le Festival se prépare. La liste des films sélectionnés et le programme vient d'être présenté. Le film de la sixième promotion sur la forêt de Bialowieza sera le film d'ouverture hors-compétition.

La Nature et la LGV

Nicolas Goudeau-Monvois, en master 1 cette année, a réalisé son premier film en posant la question de la place laissée à la nature dans les activités humaines. Les travaux de la Ligne à Grande Vitesse, Tour-Bordeaux, dans la région Poitou-Charentes, ont constitué un excellent prétexte. Il a ainsi composé un film tout en douceur, sans fausse morale, un point d'interrogation lancé à celui qui voudra bien se laisser prendre au jeu. Le film est même visible sur le site de présentation de la LGV.