Stages vidéo tout public

 

 

Connexion

Festi'yaume!

L'été arrive et avec lui le temps des festivals!

L'association "Les Amis de l'IFFCAM" a décidé de se porter partenaire d'un festival qui mêle "agri et culture" à la Ferme du Petit Puyaume.
Cette petite ferme non loin de Bressuire, a été le théâtre du film "Les blés de la Jeunesse" tourné en 2013.
L'association "Brin de rêves" y mène des actions d'éducation à l'environnement.

Mais le nerf de la guerre reste les financements et pour cela, ils ont besoin de toutes les contributions, si petites soient-elles! Alors n'hésitez pas!
Le programme du festival (animations, ateliers, balades et projections de courts-métrages) ainsi que toutes les informations nécessaires à une participation sont disponibles ici: http://fr.ulule.com/festiyaume/

Amis de l'IFFCAM, du bocage, de la paysannerie, et du cinéma, si les objectifs sont atteints, nous pourrions bien vous retrouver au petit Puyaume les 13 et 14 Septembre prochains, pour un week-end résolument champêtre et artistique!

Projections diverses....

La bonne parole se propage...en tout cas les bons films de l'IFFCAM se répandent sur le territoire deux-sévrien...Après une série de projections des films des étudiants de l'année dernière, tous les dimanches à Zoodyssée durant le mois de mai, voici quelques dates à retenir.

-Amoureux du bocage et de la paysannerie,
Rejoignez-nous Samedi 14 à partir de 10h à Moutiers sous Argenton pour une journée de découverte des Colporteurs et de transhumance jusqu'au Château de Sanzay...
Au programme: conte, atelier pain, pic-nic champêtre, sieste musicale... et projections!
A 21h30, Maud projette son film Les blés de la Jeunesse tourné en 2013 non loin de Bressuire, sur l'installation de deux jeunes paysans-boulangers...Suivi du film Au rythme du bocage, de Marie Daniel, Fabien Mazzocco et Aude Moreau-Gobard.
Une soirée de débat sur le bocage qui nous entoure et nous rassemble...

-Amoureux des oiseaux et des grands espaces, deux rendez-vous avec le film de la cinquième promotion, Des Grenouilles sur le toit. A la salle des fêtes de Soudan (79), à 21h le 13 juin. Et le 19 Juin à Niort, au Musée Bernard d'Agesci à 20h30.

-Amoureux de l'Afrique, un premier aperçu de ce que nous réserve le film collectif de la huitième promotion, L'oiseau des blancs, avec la projection du making-of dans le cadre du festival Teciverdi, à Niort, dimanche 29 Juin dans l'après-midi.

-Et puis n'oublions pas que la soutenance des films des Master 2 a lieu les jeudi 26 et vendredi 27 Juin, salle Romane à Ménigoute et qu'elle est publique !


Premiers films

Les Master 1 ont présenté leurs films de l'année lors de la soutenance le 23 Mai. Petit à petit les films seront disponibles au visionnage sur internet. Aujourd'hui deux excellents courts-métrages, Le cri de la limace de Naoki Lembezat et Fragments de Sylvain Diserens.

 

Le cri de la limace

 

Fragments

Des jurys et des prix

Les Master 1 ont présenté leurs films devant le jury de la soutenance jeudi et vendredi 22 et 23 Mai. Deux jours très agréables pour une production de qualité assez homogène. Bientôt leurs films seront visibles sur le site. Les étudiants n'en n'ont pas fini avec les jury après la fin de leurs années d'études, puisqu'ils continuent à proposer leurs films dans des festivals et à être récompensés. Ainsi Roman Guénard s'est vu décerner le prix spécial du Jury au festival du film animalier d'Albert ce week-end, pour son film (des)illusions. A ce même festival, les anciens étudiants de l'IFFCAM, Marie Daniel et Fabien Mazzocco ont remporté le prix de la protection des espèces animales, avec leur film Ô Papillons, qui avait déjà gagné il y a deux semaines le prix de l'environnement au Festival de l'Oiseau et de la Nature d'Abbeville.

 

Tournée Polonaise

Le film collectif de la sixième promotion, Leśna Kraina, consacré à la forêt de Bialowieza en Pologne a rejoint les terres de son tournage, avec Célia Döring et Ninon Hives qui sont parties le projeter en Pologne. Après une projection au théâtre de Bialowieza, au lycée forestier, à la mairie de Lesna Podlaska, la dernière projection a eu lieu le 17 mai, directement au parc national de Bialowieza. Elles seront de retour à Ménigoute pour la soutenance des Master 1 qui a lieu jeudi et vendredi, 22 et 23 Mai !

Sur la piste de la genette, la suite...

Aujourd'hui deuxième épisode de notre feuilleton. Hugo Braconnier, pour son film de deuxième année continue de pister la genette au coeur du bocage...

 

A la une !

Guillaume Collombet, issu de la septième promotion de l'IFFCAM, mène depuis l'automne le projet ambitieux de filmer le lièvre blanc dans les montagnes immaculées des Alpes qu'il connaît comme sa poche. Ce mois-ci, le magazine Image et Nature, lui fait l'honneur de sa couverture sur un sujet qu'il a développé sur 6 pages dans un article, la parade du tétras lyre. Vous trouverez aussi dans ce numéro une interview du réalisateur qui confie son expérience de tournage sur la piste du lièvre blanc.

Suivez toute l'actualité de Guillaume sur son site internet.

 

 

 

 

Les Master 1 vous invitent à leur soutenance !

Ca commence à chauffer du côté des disques durs et des ordinateurs de l'IFFCAM. Les Master 1 peaufinent leurs montages à moins de trois semaines de la soutenance où ils présenteront leurs films devant un jury et le public. Les soutenances sont ouvertes à tous et vous êtes les bienvenus.

Portrait d’étudiant : Melissa Bronsart 

Melissa est étudiante en Master 1, et attaque elle aussi sa deuxième semaine de montage. Elle nous présente son projet de documentaire.

Présente-nous ton film :

« Mon documentaire portera sur la pêche et les pêcheurs. Ça ne parlera pas des techniques de pêches, mais plutôt de pourquoi ces personnes pêchent, qu’est-ce que ça leur apporte, fait ressentir, et qu’est-ce que cette activité révèle de leur rapport à la nature.

J’ai rencontré des pêcheurs d’âges différents, d’expériences différentes. Je les ai interviewés séparément, ils ne se connaissaient pas entre eux. Ils livrent leurs points de vue et tentent d’expliquer ce qui les pousse à pêcher, qu’est-ce qui les motive à passer du  temps en pleine nature, etc. ».

Comment s’est passé ton tournage ?

« Les rencontres se sont faites grâce au bouche à oreille. Ça a débuté avec mon voisin, par hasard, au cours d’une discussion. Il est pêcheur et m’a amené dans son association de pêche, grâce à laquelle j’ai pu assister au relâché de poissons et l’ouverture de la pêche à la truite. Je ne connaissais pas vraiment ce monde, j’ai beaucoup appris au cours du tournage. J’ai été très bien accueillie, les gens étaient très gentils.

La pêche, c’est souvent tout ou rien : en fonction des moments c’est soit très calme soit très mouvementé, parfois avec une ambiance très conviviale et bon enfant. Ils ont été surpris de voir quelqu’un arriver avec une caméra pour filmer leur activité. »

Et cette période de montage ?

« C’est la première fois que je monte un film. J’ai eu des difficultés au début pour faire le deuil de certaines de mes images. Mais maintenant que j’ai compris que c’est pour le bon fonctionnement du film, ça avance mieux. Je tiens par dessus tout à ce que ce travail aboutisse.

Cette étape de montage me plaît, mais la difficulté principale à mes yeux réside dans le fait de juger mon travail, de toujours devoir me demander quel est mon propos pour le représenter le mieux possible avec l’image. Nous nous montrons nos montages entre nous pour nous entraider et avancer dans le bon sens. Il faut accepter la critique constructive, et le fait que des fois ce qui a du sens à l’image pour nous n’en a pas forcément pour les autres. Même si ce n’est pas toujours évident et facile à entendre, il faut savoir se remettre en question pour que notre film fonctionne au bout du compte. »

Melissa nous propose une vidéo nous présentant quelques-uns de ses rush, qui sont des morceaux de vidéo bruts sortis de la caméra.